Marche pèlerine sur le chemin de Trèves

Un des Chemins de Saint-Martin, le chemin de Trèves, passe par Vendôme. L’Antenne COMPOSTELLE 41 de Vendôme a proposé aux adhérents et sympathisants de l’Association une marche les 27 et 28 avril derniers. Même si peu de personnes ont répondu à cette invitation, le parcours de 25 km, effectué dans la fraîcheur et le vent, a aussi connu le soleil, la bonne humeur et la convivialité.

Partis à pied de Saint-Martin-le-Beau, les participants, arrivés en covoiturage de Blois, Vendôme et Montoire, ont traversé la Loire à Montlouis sur le pont de Chemin de Fer pour regagner Vouvray, lieu de la pause casse-croûte dans la cour de l’Ecole jouxtant la Mairie. À l’Abbaye de Marmoutier, fondée en 372 par l’évêque Martin, ils ont admiré la porte d’entrée, surmontée d’une sculpture de la Charité de saint Martin coupant en deux sa cape d’officier romain à Amiens pour en donner une partie à un pauvre. Ils ont aussi découvert les fouilles archéologiques qui se poursuivent à l’emplacement du monastère. Le chemin, bien balisé avec des bornes martiniennes et des autocollants, suit la rive droite de la Loire. Le franchissement du fleuve, au pont de fil, a permis aux pèlerins, martiniens ce jour, de découvrir la cathédrale St-Gatien et de rejoindre l’hébergement pour la nuit à la basilique Saint-Martin. Après la répartition des chambres et les douches, un repas copieux préparé par les Sœurs a été servi. Un débriefing a permis à chacun de s’exprimer sur la journée : un franc succès grâce au travail de Françoise et Gérard qui ont, non seulement reconnu à pied le parcours, mais aussi testé les restaurants de la place Plumereau pour le repas du lendemain.

Ce dimanche, un petit groupe a assisté aux Laudes à 8 h, avant le petit déjeuner pris tous ensemble. A 9 h, la Sœur supérieure guidait la visite de la basilique : extérieur, nef centrale, coupole, vitraux et crypte avec le tombeau de saint Martin. Ensuite, quartier libre dans le vieux Tours et déjeuner au restaurant « La Manufacture » où tous se sont régalés pour la modique somme de 17 € café offert par le patron, pas moi, lui.

Un week-end très réussi, grâce au couple Méchin, avec une très forte demande d’un refais-le-moi-le associant marche, pique-nique, visites et hébergement… une bonne initiation aux chemins de pèlerinage comme nous les aimons et souhaitons les faire découvrir.

Quelques dates de la vie de saint Martin, marcheur infatigable.

– 316 : Naissance à Sabaria en Pannonie (aujourd’hui Szombathély en Hongrie).
– 326 : Conversion au christianisme.
– 331 : Enrôlement dans l’Armée romaine et affectation à Worms (Allemagne actuelle), puis en Gaule.
– 338 : Partage du manteau à Amiens.
– 356 : Quitte l’Armée et rejoint Hilaire, évêque de Poitiers.
– 372 : Devient le 3e évêque de Tours le 4 juillet.
– 397 : Meurt à Candes-Saint-Martin le 8 novembre. Son corps est transporté à Tours en barque sur la Loire. À son passage, les arbres fleurissent (été de la Saint-Martin). Il est enterré à Tours le 11 novembre.

JMK

Un site dont nous sommes partenaire

Vous vous préparez à partir ou êtes intéressé par les chemins de Compostelle de la région Centre-Val de Loire, découvrez le site internet www.compostelle-centre-valdeloire.fr, portail des associations jacquaires de la région Centre-Val de Loire.

Le site Compostelle-Centre-ValdeLoire, en vous permettant d’accéder simplement aux sites spécifiques de chacune des associations jacquaires départementales de la région Centre-Val de Loire, vous propose une vue d’ensemble des chemins la traversant. Sa raison d’être est de fournir renseignements et informations pratiques et utiles pour bien préparer et vivre Le Chemin.

Ce site est né de la volonté de plusieurs associations jacquaires de la région de promouvoir et faciliter la traversée de la région Centre-Val de Loire par les pèlerins empruntant deux des quatre grands Chemins français du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle : La Voie de Tours (via Turonensis) et la Voie de Vézelay (via Lemovicensis).

La Voie de Tours s’étire sur quatre départements (Eure-et-Loir, Loir-et-Cher, Loiret, Indre-et-Loire). Elle part de Paris en s’appuyant pour une partie sur le chemin de grande randonnée GR®655 et pour le reste sur un itinéraire jacquaire permettant d’économiser plusieurs dizaines de kilomètres sur la traversée de ces départements. La voie de Tours débute symboliquement de la cathédrale Notre-Dame et se sépare en deux branches à Palaiseau, l’une partant vers Chartres (GR®655 Ouest), l’autre vers Orléans (GR®655 Est et GR®3). Ces deux itinéraires se rejoignent à Tours.

La Voie de Vézelay parcourt deux départements de la région Centre-Val de Loire (Indre et Cher). Elle débute à Vézelay et se divise en deux itinéraires, l’un passant par Bourges, l’autre par Nevers.

Créé et entretenu par des pèlerins qui souhaitent partager leurs connaissances et expériences, ces passionnés des chemins de pèlerinage se sont regroupés dans une communauté active de partage et de fraternité au service des pèlerins français et étrangers qui empruntent les chemins de pèlerinage en France et en Europe. Cette communauté, représentée tout particulièrement au sein d’IGNRANDO (voir la communauté CCVL), a également pour vocation de rapprocher les pèlerins de toute entité ou collectivité départementale ou régionale orientée vers l’itinérance douce.

Dans le respect de l’esprit du Chemin, en nous appuyant sur notre charte (voir la Charte du Pèlerin présentée sur notre site), nous n’avons d’autre intérêt que la rencontre et l’aide aux pèlerins. Dans ce sens, nous participons et continuerons de participer à toute action susceptible de permettre le développement des chemins de pèlerinage de la région.

Montrons l’exemple, tentons le zéro déchet…

Face à l’urgence climatique, l’Union Européenne a décidé de franchir un cap en interdisant dès 2021 une dizaine d’objets en plastique à usage unique comprenant les couverts et assiettes en plastique. Cette mesure représente un grand espoir dans la lutte contre le changement climatique : les objets concernés représentent aujourd’hui 70% de la pollution de nos océans dont on retrouve des résidus dans de nombreuses espèces comme les tortues de mer, les phoques, les baleines ou les oiseaux, mais aussi les poissons et les mollusques destinés à l’alimentation humaine. L’UE s’attaque également aux plastiques dits oxo-dégradables, c’est-à-dire étiquetés biodégradables de façon abusive, et aux récipients alimentaires et gobelets en polystyrène expansé, emballages en plastique pour des aliments prêts à consommer.

Les producteurs seront également mis à contribution pour gérer les déchets tels que les filtres de cigarettes, les ballons, les paquets et papiers d’emballage, les récipients pour boissons et leurs bouchons, les lingettes, les serviettes hygiéniques, les sacs de courses et les engins de pêche.

Dans ce cadre, à partir du 1er janvier 2020, en France, seule pourra être vendue ou distribuée gratuitement en vente à emporter ou en consommation sur place, la vaisselle jetable compostable en compostage domestique et constituée pour tout ou partie de matières biosourcées, c’est-à-dire d’origine biologique à l’exclusion des matières intégrées dans des formations géologiques ou fossilisées.

Les produits biosourcés sont des produits industriels non alimentaires obtenus à partir de matières premières renouvelables issues de la biomasse (végétaux par exemple) telles que l’amidon de maïs, la fécule de pomme de terre, les fibres textiles ou de cellulose, ou le bambou… (Source : ADEME).

Les 10 produits interdits à l’horizon 2020/2021

Bouteilles d’eau en plastique, sachets, paquets de bonbons, filtres de mégots, gobelets et couverts en plastique, déchets de ballons, cotons-tiges… Bientôt fini d’utiliser des objets plastiques à usage unique. Même chose pour le matériel de pêche en plastique, souvent perdu ou abandonné dans la nature. Les matières plastiques représentent 85 % des déchets marins à travers le monde.

Inutile d’attendre si longtemps pour passer au réutilisable

Nous, association Compostelle41, soucieuse de l’environnement, souhaitons nous engager dès à présent, dans une démarche éco-responsable dont nous partageons les valeurs.

En conséquence, dès maintenant, après avoir décidé d’abandonner les gobelets non-réutilisables (voir article du 11 mars 2019), nous nous engageons, également, à ne plus utiliser de matériaux, objets, ustensiles, en matière plastique à usage unique (verres, assiettes, couverts, récipients, bouteilles, emballages) lors des marches ou manifestations organisées par elle-même. Nous souhaitons que les pics-pics et collations organisés par l’association produisent le moins de déchets non organiques possible et que chacun remporte avec lui les déchets qu’il a généré, comme il se doit sur les chemins…

Les alternatives ne manquent pas pour réduire nos déchets : choisir des boissons en bouteilles de verre, utiliser une gourde en inox, remplacer les assiettes et couverts jetables par des couverts en métal, s’équiper pour des pic-pics et collations zéro déchet, utiliser des lingettes et disques démaquillants lavables, remplacer les cotons-tiges jetables par un cure-oreille, choisir des cosmétiques solides, etc.

Dans cet esprit, en conformité avec la charte du pèlerin (voir l’onglet « Ultreïa » en page d’accueil du site internet de l’association : www.compostelle41.fr), nous souhaitons que nos adhérents et sympathisants partagent notre démarche et en fasse la promotion autour d’eux. Le pèlerin, par son comportement et l’image qu’il véhicule, est porteur de valeurs ; il est acteur de la protection de l’environnement.

Les gourdes, couverts, assiette, emballages pourront vous servir lors de vos prochains pèlerinages. Votre implication dans ce projet est essentielle à sa réussite…

Marche pèlerine du 23 mars 2019

Marcher dans la Nature et parcourir l’Histoire.

Ce samedi 23 mars, l’antenne COMPOSTELLE 41 de Blois a organisé en Valencisse une marche pèlerine qui a rassemblé 80 pèlerins et randonneurs. Après un café-gâteaux pris sur la place de la Mairie de Molineuf, le groupe encadré par des gilets jaunes paisibles a cheminé, tel un serpent, dans l’espace naturel bien aménagé des Rinceaux, contourné le château de Bury et traversé des sous-bois pour une visite de l’Eglise de Saint-Secondin sous la conduite de Mr Vallois.

De retour à Molineuf après une boucle de 8 km, le plein soleil printanier, a permis un convivial pique-nique tiré du sac sur tables et bancs fournis par la mairie du lieu, Mr Jean-Yves Guellier. Deux historiens locaux, Alain Gauthier et Alain Picouleau ont présenté, à partir d’une maquette au 1/100e, l’histoire commentée du château de Bury. Après un café et des gâteaux-maison offerts par l’Association (merci aux cordons bleu), le groupe s’est rendu aux sablonnières, en forêt de Blois, pour une visite guidée des tranchées d’entrainement de la Grande Guerre des nouvelles recrues du 113e R.I en partance pour le Front.

Cette journée, placée sous le signe « pas de plan B pour sauver la planète » avec covoiturage, gobelets réutilisables en plastique, partage, s’est achevée autour du traditionnel pot du pèlerin. MERCI aux personnes qui se sont déplacées des 4 coins du département, de l’Indre-et-Loire et de l’Indre (*). Merci à Jean-Claude Fontaine pour l’organisation de belle journée ; choix de l’itinéraire qu’il a guidé et commenté, ainsi que pour les guides sollicités. Nous espérons que les sympathisants séduits par cette marche culturelle à la découverte des terroirs et patrimoines locaux deviendront prochainement des adhérents à COMPOSTELLE 41.

Jean-Marie KIHM, président.

(*) En particulier : 7 personnes de Vierzon, 7 personnes d’Amboise, 15 personnes de Romorantin et 12 personnes de Vendôme.

(Plus de photos…)