Vers l’autre côté du miroir

Sur le chemin du Puy-en-Velay, Anne Mémet nous propose de vivre sa première expérience de pèlerine, sous forme de lettres s’adressant à un correspondant en prison, formule originale ; et d’actualité, pour nous qui sommes confinés dans nos maisons.

Dès les premières lignes, l’auteure a su en donner l’essence : « Partir, quitter ses peaux, ses masques, ses étiquettes et devoir demander humblement qu’on veuille bien loger votre corps dans le plus petit abri qui soit. Partir à la découverte de soi et d’un sens à donner à sa vie. Et enfin se laisser porter par la belle nature au rythme de ses pas. »

Dans un style simple mais soigné, en sortant d’un texte purement descriptif du pèlerinage, elle nous livre son cheminement intérieur, ses réflexions sur elle-même, son ressenti sur les aspects concrets du chemin, ses pensées sur la vie et sur les autres. Un exercice particulier qui renouvelle le genre. Nous voyageons avec elle, nous retrouvons des sensations lointaines mais pas oubliées. Comme un écho de mes plaisirs passés ou une résonance d’un chemin partagé…

Dans ce livre, j’ai retrouvé les émotions vécues lors de mon itinérance sur ce chemin, les joies intérieures des matins calmes, des marches en solitaire dans la nature encore intacte, des moments, agréables ou non, qui forgent le caractère et sollicitent notre énergie. J’ai revu, dans ma tête, certaines personnes rencontrées qui m’ont accompagné également un bout de chemin, le plaisir des rencontres et des repas partagés le soir au gîte. J’ai ressenti à nouveau combien ce chemin est, pour beaucoup, un chemin de solidarité, un chemin de spiritualité, de réflexion et de méditation.

Et si le Chemin de Compostelle était un moyen de changer notre représentation du monde, d’aller au-delà des apparences, de prendre conscience que notre vision de la vie est limitée par nos perceptions ? Notre regard sur nous-même se heurte au miroir des autres, notre regard sur le monde est celui du spectateur assistant à une pièce de théâtre. Nous sommes parfois acteurs et nous ne connaissons ni le metteur en scène ni les coulisses…

A lire pour voyager intérieurement, grand privilège en cette période de confinement.