Marche pèlerine du 25 février 2017

En ce début de fraîche matinée, un groupe de 120 personnes est réuni pour cette marche entre Chaumont-sur-Loire et Onzain. Dotés de leur crédencial éphémère symbolisant cette journée, les marcheurs, venus des trois arrondissements du Loir-et-Cher, entament celle-ci, à 8h30, en franchissant le pont sur la Loire en direction d’Onzain.

Le soleil est de la partie nous offrant une merveilleuse lumière sur le fleuve. Le grand nombre de marcheurs-pèlerins qui a dépassé toutes les prévisions, demande une organisation rapidement mise en place avec ouvreurs, rabatteurs, serre-file en gilet flou, et constitution de deux groupes. Nous traversons d’un pas alerte Ecures, un ancien village en partie disparu lors de la crue de 1856. Puis à travers la campagne nos pas nous amènent devant le manoir de l’Aleu ou « Jeanne d’Arc aurait pu passer la nuit du 24 au 25 avril 1429, lors d’un déplacement entre Amboise et Blois », une petite étape pour une cavalière qui allait bouter les Anglais hors de France. Vers 11 h nous arrivons à ONZAIN devant le château des Douves et l’église, accueillis par Mr …, l’historien local qui nous en narre brièvement l’histoire.

Après avoir parcouru quelques 11 kms, vers 12h30, nous prenons notre pique-nique à la salle paroissiale de l’Abbé Jean Petit. Le beau temps a permis à beaucoup d’entre nous de s’installer dehors, tandis que d’autres, encore à l’heure d’hiver se calfeutrent dans les bâtiments. Cerise sur le gâteau : l’apéritif, le dessert (le même qu’à Vendôme, on ne change pas une équipe qui gagne), une tarte aux pommes toujours aussi bonne, et le café sont offerts par l’association !

Au début de l’après-midi, à 14 h, sans avoir fait la sieste, nous repartons pour la seconde partie de notre marche, une boucle de 5,5 kms, qui nous entraîne après un petit raidillon dans un chemin creux dont nous sortons sans encombres. Nous cheminons autour du parc du château de Chaumont, apparemment sans trouver une entrée « donativo » pour pèlerins-marcheurs, en longeant clôtures, jardins, murs et écuries… Après une descente en chaussures-libres, nous arrivons au port sur la Loire où sont amarrées des toues cabanées et des gabarres : reconstitution de la batellerie du fleuve lorsque celui-ci était navigable et qui maintenant projettent d’embarquer les touristes en « grève » !

Aux environs de 16h, avant la fin de la rencontre, les marcheurs ont pu apprécier « le pot du pèlerin », qui les désaltère après cette marche sous un soleil presque printanier. Le stock de cidre brut et doux est éclusé. Les organisateurs et voisins vigilants, vivement félicités et copieusement applaudis, ramassent miettes et décombres sous un soleil déclinant.

Des journées de cette sorte nous en redemandons, étaient au rendez- vous, les échanges entre pèlerins et ceux en devenir, étaient présents la convivialité, l’amitié, la bonne humeur.

Bref une belle journée…

 

 

 

 

 

(Plus de photos…).

J.C.F.