La coquille

Au XIIe siCoquilleècle, apparaît l’emblème de la coquille de pectens, concha venera, mollusque que l’on trouve en quantité sur les côtes de la Galice et que les pèlerins, au terme de leur périple lorsqu’ils arrivaient au Finistère ou Cabo Fisterra, avaient pour coutume de rapporter comme témoignage de leur voyage. La coquille Saint-Jacques était le signe que c’était un homme nouveau qui rentrait au pays. Ils la fixaient à leur manteau, leur besace ou à leur chapeau, d’où le nom de coquille Saint-Jacques donné par la suite à ces mollusques.

Elle deviendra l’un des attributs reconnaissables du pèlerin, avec le bourdon, la besace et le chapeau à larges bords. En forme de main ouverte elle était utilisée, parfois encore de nos jours, par le pèlerin pour quêter sa nourriture. La coquille fut parfois gravée dans la pierre sur les frontons les chapiteaux des églises. Elle est le plus souvent un ornement architectural sans lien avec Compostelle.

Au tout début de son histoire, la coquille Saint-Jacques n’a jamais été une preuve de l’arrivée à Compostelle, Au commencement du Moyen Âge, les pèlerins étaient de pauvres gens et partaient sans vêtement de rechange. Le retour était très ardu, car les pénitences infligées à ces miséreux par les prélats de Saint-Jacques, consistaient à effectuer sur ce chemin du retour plusieurs fois par jour quelques centaines de mètres sur les genoux. Inutile de préciser que les culottes se trouaient rapidement. Une idée vint à un illustre inconnu d’utiliser les coquilles vides de « Pecten maximus » comme genouillères. Ces coquillages étaient percés de chaque côté de deux trous et maintenus par des cordelettes. Mais la dureté même de la coquille était plus douloureuse pour les genoux que la terre. Cette pratique dura quelques dizaines d’années et on la remplaça par une genouillère de cuir. C’est à partir de cette époque que la coquille perdit de son utilité vestimentaire pour un rôle plus noble, celui de preuve d’avoir été au bout de son chemin. Au fil du temps, les carnets de route faisant leur apparition, ils ne laissèrent à ce fameux coquillage qu’un rôle symbolique. Elle est désormais le symbole le plus fort du pèlerinage.

JMK