Retour de pèlerinage

Parti du Puy-en-Velay en empruntant la via Podiensis puis le Camino Francès à partir de Saint-Jean-Pied-de-Port, j’ai parcouru les 1568 kms pour rejoindre Santiago en trois fois et 66 étapes : Le Puy-Lectoure (2015), Lectoure-Burgos (2017) et Burgos-Santiago (2018). Pas une étape n’a ressemblé à une autre et toutes ont été riches de sensations et de découvertes. 

A l’issue de cette belle aventure, voila le temps des souvenirs, le besoin de partager ses émotions et le souhait de susciter d’autres témoignages, c’est la raison d’être du petit texte qui suit…

Voilà quatre semaines, j’ai retrouvé le Camino là où je l’avais laissé il y a 6 mois à Burgos. Impatient de remettre mes pas dans ceux qui m’avaient précédé, j’ai repris la route avec mon sac à dos et mes bâtons, débarrassé des contraintes du quotidien, libre de vivre hors du temps, de la société et ses artifices.

Pas de statut social, pas de ségrégation, pas de préjugés. Ainsi allégé, comme beaucoup d’autres, je pars à l’aventure, marcheur de l’inutile pour certains, en quête de réponse à mes interrogations et espérances.

Pourquoi partir est la question essentielle, celle qui conditionne toutes les autres. Je vais y répondre en avançant. Peu à peu, en effet, au rythme de mes pas, je quitte le monde des apparences et je vais vers moi-même et vers les autres. Le marcheur part découvrir le monde, le pèlerin part à la recherche de soi. A travers le spectacle du vivant, notre être réel apparait. Le pèlerin crée son chemin en même temps qu’il le suit…

Le Chemin n’est pas un monde merveilleux, c’est le reflet de notre société, des hommes et femmes que nous sommes. Il y a du bien et du mal, du beau et du laid, des aléas, des galères et du magique. Le pèlerinage est une épreuve que l’on s’inflige pour donner du sens à sa vie et, probablement, donner de la valeur à la vie. Le Chemin symbolise la vie, sa vie et celle des autres. Le propre de l’homme est de vouloir explorer son univers. Il n’y a donc pas un chemin, il y a autant de chemins que d’êtres vivants, autant de bons chemins que de personnes respectueuses de l’autre et du vivant. Le chemin se dévoile en marchant.

Mon chemin fut pavé des petits bonheurs de la vie, bordé des beautés du monde, jalonné de rencontres qui furent belles parce que je ne les recherchais pas. Chaque étape fut différente, chaque moment fut l’occasion d’apprécier le bonheur d’être vivant et d’exister dans un monde également vivant. Progressivement, je perçois ce qui me motive, me pousse à partir sur les routes. Je sens, plus que je ne comprends, que le fait de marcher libère le mental des servitudes du corps en mouvement, lui permet d’être disponible pour ce qu’il est venu chercher, que suis-je, qu’est-ce que la vie ?

De très nombreuses nationalités sont représentées sur le Camino, Corée, Japon, Australie, Brésil, Canada, Espagne, Suède, Syrie, etc. Je n’ai pas forcé la rencontre, le monde est venu à moi. Certaines rencontres furent particulièrement exceptionnelles, mais toutes ont été riches de sentiments et d’enseignements. L’humanité vit et s’exprime chaque jour sur le Chemin. Au fil des jours, une communauté fraternelle se constitue et s’enrichit, car chacun se reconnait, se respecte et partage. La communauté du Chemin représente ce que la société d’aujourd’hui n’est pas et devrait, probablement, devenir. L’avoir n’est plus l’important, l’être devient l’essentiel.

Mon Camino 2018 s’est achevé à Santiago, de la plus belle des manières, accueilli par une équipe orléanaise, Patrick, Philippe et Annie, dignes représentants de la communauté des pèlerins de Saint Jacques en laquelle solidarité, amitiés et spiritualité ont encore un sens. Mon chemin fut celui que j’attendais, celui qui me permet d’avancer encore. Je n’ai pas, bien entendu, obtenu toutes les réponses à mes questions, mais le plus important n’est-il pas le questionnement lui-même…

Fête de la Nature 2018

L’association Compostelle41 a participé, hier, dimanche 27 mai 2018 à la première édition de la fête de la Nature initiée par l’Office de Tourisme de Vendôme-Territoires Vendômois. Cette rencontre s’est tenue au plan d’eau de Villiers sur Loir, très bel endroit pour ce type de manifestation.

Diverses animations étaient proposées : Echappée à vélo sur l’itinéraire de St-Jacques de Compostelle, randonnée en famille, atelier autour de la Haie, tir à l’arc, balade en dériveur, paddle, canoé, kayak, pédalo et catamaran, balade en tracteur attelé dans les vignes, initiation au golf sur structure gonflable, balade à poney ou en calèche autour du plan d’eau, initiation de pêche à la ligne et au float tube.

Produits naturels et gastronomiques étaient présentés par des artisans locaux : fromages, miel, safran, viandes, charcuteries, pains et pâtisseries, vins. La dégustation de ces produits a permis d’apprécier le goût et la qualité de produits naturels et élaborés dans les règles de l’art.

Sous un beau soleil de printemps, nous avons pu rencontrer de nombreux promeneurs du dimanche intéressés par nos activités et partager avec eux l’esprit de Compostelle. En effet, partir en pèlerinage, outre la rencontre avec soi, permet de se recentrer dans la nature, de prendre conscience, le cas échéant, de la nécessité de vivre plus proche de celle-ci. Défendre l’art de vie de nos campagnes, un mode de vie plus naturel, rechercher une alimentation plus saine, plus authentique, sont de beaux objectifs que beaucoup de pèlerins portent en eux…

Merci à l’Office de Tourisme de Vendôme-Territoires Vendômois d’avoir magnifiquement organisé et géré cette manifestation, d’avoir réussi à proposer au public intéressé un large éventail d’activités, produits et services représentatifs du Territoire et susceptibles de nous aider à apprécier notre environnement.

Marche pèlerine du 14 avril 2018

Par un beau samedi matin de printemps, gris et pluvieux, 67 personnes sont parties du parking des Grouets en lisière de la forêt de Blois pour une balade à travers campagne et forêts, sur des chemins boueux au sein d’une végétation en plein éveil. Cette promenade de 10 kms, ponctuée de courtes haltes enrichies des commentaires très éclairés de Jean-Claude, a conduit les pèlerins vers Chouzy puis Coulanges, villages au riche patrimoine : belles demeures anciennes, lavoirs traditionnels réhabilités, églises, etc.

La salle prêtée à l’occasion par la Mairie de Coulanges pour partager le repas tiré du sac aura permis à chacun, après un apéritif offert par l’association, de se restaurer et de savourer les gâteaux fabriqués par Françoise et Annie de l’antenne de Blois. Après une présentation rapide du chemin de Compostelle passant par Blois, Jean-Marie donne la parole aux pèlerins présents pour une rapide description de leur projet pour 2018. Onze personnes sont en partance dès fin avril…

Le début d’après-midi fut consacré à la visite de l’Abbaye de La Guiche commentée par la propriétaire actuelle Madame COMBEROUSSE. Cette ancienne abbaye de clarisses, occupée par une centaine de religieuses, fut démantelée en 1791. Il ne reste que des ruines des bâtiments d’habitation d’origine. Néanmoins, sont encore en bon état, une partie de cloître et sa charpente du 13 ème siècle, une salle capitulaire en sous-sol et une magnifique petite chapelle. Dans celle-ci, on peut admirer deux gisants et un superbe autel paré de belles sculptures en bois dont un magnifique Saint-Jacques bien conservé. Après cette très intéressante visite, il restait à rentrer pour retrouver nos voitures, 5 kms parcourus sous l’orage, au bord de la Cisse puis sur des chemins détrempés agrémentés de deux gués délicats à franchir ; sueurs froides pour quelques uns d’entre-nous !

A l’arrivée, ragaillardis par le pot de l’amitié et le soleil enfin présent, les marcheurs-pèlerins sont repartis, la tête pleine des bons moments passés ensemble et des belles images récoltées au cours de la journée, souvenirs de notre patrimoine surgissant de notre passé, de la nature dans sa renaissance printanière.

 

 

 

 

(Plus de photos…)

Marche pèlerine du 17 mars 2018

Avec la marche pèlerine du 17 mars, l’Association Compostelle 41, Antenne de Vendôme, force l’arrivée du printemps. 35 personnes ont bravé les intempéries marchant dans le brouillard, la boue, franchissant les petits ruisseaux, activant le pas sous les giboulées de mars mêlant pluie et grêle. Treize kilomètres sur des chemins de terre imbibés, à travers des bois gorgés d’eau autour de Sargé.

Cette promenade fut un bon entraînement aux marches au long cours où il faut tous les jours avancer quel que soit le temps. La salle prêtée à l’occasion par la Mairie de Sargé pour partager le repas tiré du sac aura permis à chacun de se sécher, de goûter les gâteaux apportés et de savourer la présence des autres autour des récits des jacquets empruntant depuis des années, pour certains, les chemins menant à Compostelle. L’après-midi fut consacré aux visites des deux églises de la localité. L’une placée sous le vocable de saint Cyr (XI-XIIes, remaniée au XVIe), présentée par Mr ….., historien local ; l’autre dédiée à saint Martin (XIes), lieu d’exposition de patrimoine local, riche en peintures murales datant du XIVe dont le calendrier annuel des travaux des champs. Après le pot de l’amitié les marcheurs-pèlerins sont repartis sur Vendôme et Blois en se donnant rendez-vous pour la prochaine marche qui aura lieu autour de Chouzy le 14 avril 2018, sur la Chemin de Compostelle venant de Paris et allant à Saint-Jean-Pied-de Port et Santiago en passant par Tours.

JMK

 

 

 

 

 

(Plus de photos…)