Un chemin entre Royan et Santiago

Après avoir travaillé 30 ans dans la même administration, Claude et Michel sont partis, à pied, dès leur retraite pour Compostelle. Ils ont emprunté la voie, peu fréquentée, du littoral de Royan à Bayonne, puis le camino del Norte d’Irun à Santiago. Là, ils sont allés jusqu’à Fisterra et Muxia pour terminer, comme au Moyen Age, leur pèlerinage.

A Fisterra, au bout de la terre, suivant la tradition, ils ont brûlé un vêtement en signe de mort et de résurrection. C’est là que les pèlerins prenaient sur la plage une coquille et devenaient « jacquets » pour retourner, à pied, chez eux. C’est ce qu’ils ont raconté, lors d’un diaporama, à une quarantaine de personnes, le vendredi 12 octobre 2018 dans la salle des fêtes de Coulanges gracieusement prêtée par la municipalité. Contents malgré la pluie et quelques erreurs de navigation, ils ont décidé de marcher l’an prochain, toujours « en tandem », sur le chemin du Portugal. Peut-être, déjà, le début d’une addiction ?

(JMK)

Compostelle 41 fait sa rentrée

Les marches pèlerines d’une journée en Loir-et-Cher ont repris après l’été avec samedi dernier une marche dans la Vallée du Loir organisée par l’association Compostelle 41 rejointe par les adhérents et amis de Compostelle 72.

Quatre visites étaient au programme sur le parcours, animées par des bénévoles : la collégiale de Trôo, Saint-Jacques-des-Guêrets, la chapelle Saint-Gilles à Montoire et Lavardin. Les municipalités de Montoire et de Lavardin avaient mis pour l’occasion des salles à disposition pour le pique-nique et le pot du pèlerin qui a terminé cette journée. Une expérience positive que Jean-Marie Kihm aimerait dans l’avenir proposer aux associations jacquaires voisines. (JMK)